Larval‐damaged plants: source of volatile synomones that guide the parasitoid Cotesia marginiventris to the micro‐habitat of its hosts

T. C.J. Turlings, J. H. Tumlinson, F. J. Eller, W. J. Lewis

Research output: Contribution to journalArticle

166 Scopus citations

Abstract

Single and dual choice tests in a flight tunnel revealed that plants damaged by host larvae are the main source of the volatiles that attract females of the parasitoid Cotesia marginiventris (Cresson) to the microhabitat of its hosts. Frass and host larvae, the other two major components of a complete plant‐host complex, were significantly less attractive than the damaged seedlings; frass alone was more attractive than larvae alone. However, a recombination of larvae with the damaged seedlings was significantly more attractive than the damaged leaves alone, or damaged leaves with frass. This was due to the additional feeding damage done by the larvae. The role of plants in the host‐finding behaviour of parasitoids is discussed. Plantes endommagées par des chenilles: source de synomones volatiles guidant le parasitoïde Cotesia margiventris vers le micro‐habitat de ses hôles L'hyménoptère C. marginiventris Cresson, parasite solitaire, est connu comme étant attiré par les odeurs liées à l'hôte émises par un complexe de chenilles consommant des feuilles. La source exacte de ces substances attractives restait encore à déterminer. Pour cela, des expériences en tunnel de vol ont été réalisées dans lesquelles différents composés du complexe plante et hôte ont été testés individuellement et en combinaisons diverses. Les 3 composés testés ont été: des plantules de maïs endommagées par des chenilles de Spodoptera exigua (BAW); des excréments produits par les chenilles de BAW consommant du maïs; des chenilles de BAW en l'absence de plantes et d'excréments. Les plantes endommagées ont été significativement plus attractives que les excréments ou les chenilles. En expériences de choix, les excréments étaient plus attractifs que les chenilles. Différentes combinaisons de ces 3 composantes principales ont montré que l'attractivité augmentait quand les chenilles étaient associées à des feuilles endommagées. Ajouter des excréments n'augmentait pas significativement l'attractivité. Quand des chenilles étaient associées avec des feuilles endommagées, mais en présence d'écran les empêchant de consommer les feuilles, l'attractivité était celle des feuilles endommagées seules. Des feuilles de maïs n'ayant jamais été exposées aux dégâts des chenilles étaient à peine attractives. On peut en conclure que les feuilles endommagées par les chenilles sont la principale source de substances volatiles qui orientent le parasito'ide C. marginiventris vers le voisinage de ses hôtes. La consommation active par les chenilles augmente probablement la quantité de substances émises par les plantes, ce qui se traduit par une attractivité accrue. Les substances volatiles des plantes jouent un rôle dans la découverte de l'habitat de l'hôte par les parasitoïdes. De plus en plus d'éléments suggèrent qu'une interaction sophistiquée entre hôte, plante et parasitoïde sera éventuellement révélée. 1991 The Netherlands Entomological Society

Original languageEnglish (US)
Pages (from-to)75-82
Number of pages8
JournalEntomologia Experimentalis et Applicata
Volume58
Issue number1
DOIs
StatePublished - Jan 1991

All Science Journal Classification (ASJC) codes

  • Ecology, Evolution, Behavior and Systematics
  • Insect Science

Fingerprint Dive into the research topics of 'Larval‐damaged plants: source of volatile synomones that guide the parasitoid Cotesia marginiventris to the micro‐habitat of its hosts'. Together they form a unique fingerprint.

  • Cite this